30 septembre 2014

Il n'y en avait que pour eux ce weekend à Venise



..On ne peut jamais souhaiter que du bonheur et mille bonnes choses à ceux qui s'aiment et décident d'unir leur vie, leur âme et leur destin même quand il s'agit d'américains et que l'union n'est qu'administrative, symbolique sous la houlette d'un ex-maire de Rome. Cependant, on peut aussi s'interroger sur l'incroyable tapage fait autour d'un évènement somme toute d'ordre privé quand il chamboule l'équilibre mental des paparazzi et par eux, s'impose soudain au monde. Médusés, les vénitiens ont vu un acteur de cinéma yankee et une très belle et brillante juriste d'origine libanaise fêter en grande pompe leur mariage, en même temps que l'univers tout entier. Des centaines de policiers, des carabiniers en grand uniforme comme pour la venue d'un chef d’État, les alentours des palais occupés par ces potentats modernes gardés comme l'est une ambassade américaine en territoire ennemi, et une foule en délire quand passe non loin d'eux la gondole du couple royal hollywoodien. Tout y est, des invités habillés comme pour un défilé de mode - un véritable générique de blockbuster évidemment - du mystère et des supputations sur les lieux, le déroulement de la fête (de quoi alimenter les rumeurs et faire vendre les tabloïds du monde entier), et un décor de rêve, mélange de Visconti et de Cecil B. de Mille... L'Aman resort (le palazzo papadopoli-Arrivabene), les bords de piscine du Cipriani, la grande salle d'honneur de la Ca'Farsetti, le Grand Canal... Excusez du peu. 
..Et tout cela pour un vulgaire saltimbanque, certes portant beau et apparemment sympathique, habile en communication (le chauffeur de taxi invité au dîner, la tequila offerte aux journalistes), richissime produit de la culture yankee et une (richissime aussi) avocate internationale qu'on a pu croiser à la Haye, défendant à prix d'or d'ex-premiers ministres à la réputation sulfureuse ou Julien Assange le génie de la transparence forcée. Oui ma bonne dame, vous avez raison, l'argent paie tout.
..Je dois être un devenu bien aigri et étroit d'esprit pour ne pas me réjouir de cet affligeant spectacle malgré le bonheur que je souhaite aux époux, mais je ne puis me résoudre à voir ces nouveaux riches s'emparer du cœur des foules, héros sans héroïsme, princes sans couronnes, potentats sans autre légitimité que celle fabriquée de toute pièce par des médias insanes et incultes qui présentent ces nouveaux jeux du cirque aux badauds ébahis par tant de luxe et d'apparente volupté. Quel a été le coût de ce spectacle offert au monde ? je ne parle pas des dépenses faites par les mariés pour célébrer leur bonheur et festoyer avec leurs amis. Je parle du grand canal fermé à la circulation, des centaines de policiers, de carabiniers, de vigiles privés réquisitionnés pour l'occasion. Presque autant que pour la venue des rois et des présidents lors du dernier sommet international qui s'était tenu sur la Lagune me disait hier soir un ami vénitien, ancien conseiller municipal... Quel pathétique amalgame qui n'aurait même pas fait rire Jacques Prévert. Pathétique aussi la pléthore d'images et de commentaires sur tous les journaux du monde, sur toutes les télévisions. Du pain et des jeux... Quand le peuple a le ventre plein et les yeux aveuglés par le luxe des grands, il se tait et reste gentiment à sa place. Jusques à quand ? 
..Et si seulement le sympathique saltimbanque qui sait habilement médiatiser son engagement au Darfour avait annoncé son intention d'aider Venise à ne pas sombrer corps et bien, s'il avait offert à la ville une maternité, des commerces de proximité, des loyers moins chers pour les jeunes ménages, des restaurations de lieux de vie - madame est avocate, elle aurait pu faire cela avec de forts jolis effets de manche, on aurait pu mettre un bémol à la rogne des vénitiens fatigués qu'on les force à vivre chaque jour davantage dans un décor pour (mauvais) films ou pire encore dans une réserve Disney...

29 septembre 2014

Un bonheur de vue à vous couper le souffle

Quand, après une chaude journée de septembre, les pieds fatigués d'avoir arpenté les rues de la ville, le visiteur s’assoit sur un banc, face au Bacino di San Marco, même les rhumatismes les plus douloureux, les ampoules virulentes et autres maux du voyageur ne peuvent l'empêcher de ressentir avec acuité la chance inouïe, le bonheur qu'il y a à se trouver là, sur un des sièges de pierre ou de bois tournés face à la lagune. Le spectacle y est toujours unique, à chaque heure du jour et de la nuit. Tout semble fait pour combler les regards les plus blasés : la lumière, les senteurs, les mille bruits de cette rade, la ligne de bâtiments qui borne l'horizon, en face San Giorgio, puis la Giudecca, la Pointe de la Douane, San Marco et tout à droite, ce long quai qui semble flotter jusqu'au palais des doges. 


Une vue qui rend joyeux, qui oppresse aussi quand on prend conscience de l'incroyable indépendance de ce paysage. Il est là depuis toujours et demeure bien après que nous soyons rentrés dans nos villes insanes et bruyantes. Parfois enlaidi par le passage des monstres marins que l'appât du gain a fait inventer par des hommes insensibles, il continue malgré tout de vivre au rythme des marées, accueillant depuis des siècles les navires du monde entier, éclatant de couleurs et de parfums. Face à lui, tous restent bouche bée et on retrouve sur ces bancs ce que le mot contemplation veut dire. Remis de tant d'émotion, il est temps de se diriger vers un café et, selon l'heure, de commander un macchiato, un ombra di bianco ou un spritz...



Les lecteurs de Tramezzinimag ont aimé :

Depuis mai 2014, des lecteurs envoient à Tramezzinimag leur avis et leur expériences de logement à Venise. Les adresses retenues ici sont celles d'hôtels plutôt haut de gamme, sans atteindre les sommets des grands palaces de la Sérénissime. Votre avis nous intéresse. N'hésitez-pas à nous envoyer vos expériences, vos photos et vos commentaires par courriel. Nous les publierons régulièrement dans cette rubrique.

Hotel Al Ponte Mocenigo 
Santa Croce 2063
041 524 47 97
Ancienne demeure du doge Alvise Mocenigo, ce palais Renaissance a gardé tout son charme. un lieu parfait pour les amoureux puisque l'image demeure forte d'une Venise, capitale de l'amour... Jolie cour, service attentionné, prix raisonnables et depuis peu, un bain turc. 
Palazzo Abadessa 
Calle Priuli, Cannaregio 4011
041 241 37 84 
Voilà un lieu qui plait aux américains car les lits sont énormes, il y a de la soie partout sur les murs et de beaux tapis orientaux. Encore un lieu de séjour romantique à souhait. Un peu trop pour les amateurs d'authenticité,car tout manque encore de patine, mais la maison est fort belle et bien des objets et des meubles sont authentiques. Les propriétaires sont très attentifs, contrairement à certains établissements de la ville. Prosecco et petits gâteaux sont servis le soir dans le jardin. Appréciable après une journée dehors. 

Hilton Molino Stucky 
Giudecca, 810
041 272 33 11 
Tramezzinimag en a déjà souvent parlé. le Hilton installé dans les anciens Moulins Stucky, est un endroit très cosy, et très feutré. on se croirait dans une publicité de Ralph Lauren Home. Les chambres sont agréables, les salons confortables, on y sert à toute heure une cuisine internationale et le roof terrace est un lieu idéal pour prendre un verre après une journée de visites. Les vénitiens s'y donnent de plus en plus souvent rendez-vous, tellement la vue est belle et le bar drôlement bien achalandé.
Bauer Palladio Hotel and Spa
Giudecca, 33, Zitelle
041 520 70 22
palladiohotelspa.com
Cet ancien couvent situé tout à côté du Cipriani est un petit paradis. Venise compte peu de jardins luxuriants et le fameux jardin d'Eden (situé lui aussi à la Giudecca) n'est hélas plus qu'un joli souvenir. La propriétaire des hôtels Bauer a ainsi mis en valeur l'ancien jardin du couvent où poussent désormais de magnifiques roses anciennes, à l'ombre de splendides magnolias. C'est un bonheur que de déjeuner ou prendre un thé sur l'herbe épaisse, au milieu des senteurs du jardin, à deux pas de San Marco. Les chambres sont décorées avec goût et un bateau conduit les clients à San Marco à la demande, comme au délicieux temps du regretté Aga Khan, quand la Ciga Hôtels dont il était propriétaire gérait le Gritti, le Danieli, les Bains et l'Excelsior...
Aman Canal Grande Venice
Calle Tiepolo 1364, San Polo
800 2255 2626
amanresorts.com
Là on pourrait être dans la caricature de ce que produit de pire ce monde ultralibéral du capitalisme triomphant où le mariage d'un acteur américain fait davantage s'exciter les paparazzi que la reine d'Angleterre ou les ducs de Luxembourg. Les hôtels du groupe Aman Resorts s'implantent en Italie. Des fresques du XVIIIe, des tableaux de toute beauté, un spa, un restaurant avec sa terrasse dominant le Grand Canal... Tout y est pour les happy few qui fréquentent les soirées jet-set de Venise. L'immeuble demeure la propriété du comte Gilberto Arrivabene qui vit désormais au dernier étage, dans les combles magnifiquement réaménagés, avec son épouse la splendide princesse Bianca de Savoie-Aoste et leurs cinq enfants. 

Vue du jardin du Bauer Palladio Spa à la Giudecca




23 septembre 2014

Reflets du temps, comme un bonheur qui scintille

Crépuscule automnal à Venise, un des délices du cher Henry de Régnier. Un rien précieux, une joliesse raffinée comme la crème fouettée sur un chocolat chaud de chez Angelina... Proust n'est jamais bien loin, ni ce cher Lorrain qui lorgne en se moquant du côté du baron de Fersen... Tout un monde disparu dont portant quelques suaves effluves, parfois, parviennent encore jusqu'à nous, ces barbares que nous sommes à l'aulne du souvenir qu'ont laissés ces poètes, âmes délicates et gestes précieux. Dans ce qu'ils furent, à Venise nombreux sommes-nous à retrouver des bribes. Une émotion, une senteur, un bruit et soudain le temps n'a plus aucune prise sur nos réalités. mais fort heureusement, nous retrouvons bien vite, en dépit de nos sautes d'humeur face aux immondices jaillis du monde d'aujourd'hui, sa vulgarité, sa précipitation, sa superficialité, et tout et tout, le bonheur simple d'être confronté à tant de beauté vive, à tant de sensations qui font que nous demeurons, toujours, envers et contre tout, des Fous de Venise...


LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...